Il s’agit de belle et bonne musique au cours de ce concert, avec Bach, Mozart et Bartók interprétés par le Paris Mozart Orchestra, mais pas que ! Comme l’indique Claire Gibault au micro pendant les pauses entre les œuvres au programme, il est aussi question ce soir de transmission, de diversité et de partage. Bien avant l’arrivée en nombre de ses consœurs ces dernières années, la cheffe française dirige les orchestres depuis des décennies. On peut à ce propos évoquer un souvenir personnel, celui de la création mondiale de l’opéra La Station thermale de Fabio Vacchi en 1993 à Lyon... presque 30 ans déjà ! Plus récemment, c’est en 2011 que Claire Gibault a fondé le Paris Mozart Orchestra, un ensemble de musiciens qui se produit dans les habituelles salles de concert, mais se déplace aussi dans les prisons et hôpitaux, dans un esprit d’ouverture et de partage.

Bilal Al Nemr, Renaud Capuçon et le Paris Mozart Orchestra à Aix-en-Provence
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre

Le thème de la transmission est d’abord une évidence à l’occasion du Concerto pour deux violons et orchestre en ré mineur de Bach, où Bilal Al Nemr tient le rôle de premier violon solo. L’histoire entre le jeune musicien syrien (né à Damas en 1996) et le Festival de Pâques se poursuit, depuis son invitation lors de la première édition de la manifestation en 2013. La présence du co-directeur du Festival Renaud Capuçon au second violon solo est certainement un symbole, mais il ne faut pas pour autant oublier le haut niveau artistique des interprètes. Ceux-ci se passent souvent habilement le relais pour jouer une longue phrase musicale, ou bien leurs mélodies respectives s’enchevêtrent avec harmonie, par exemple dans le deuxième mouvement (« Largo ma non tanto »). Certaines notes sont un peu moins parfaites d’intonation chez les deux solistes dans l’« Allegro » conclusif, mais c’est une broutille au regard de ces échanges attentifs et cette joie de jouer communicative.

Claire Gibault et le Paris Mozart Orchestra
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre

Les vents – deux hautbois, deux bassons et quatre cors – rejoignent ensuite les cordes pour la Symphonie n° 25 de Mozart, compositeur censément au cœur du répertoire de l’orchestre. Claire Gibault tient la baguette pour une lecture à la fois limpide et d’une épaisseur certaine. La cohésion ne souffre d’aucune faiblesse, les instrumentistes opérant les indications de nuances, comme certains allègements soudains, mais ils savent aussi apporter une dose de majesté dans le court « Menuetto ». Le pupitre des cors ne se fond pas toujours idéalement dans le volume orchestral du dernier « Allegro », mais c’est globalement un Mozart assez léger et dynamique qui est agréablement joué.

Rebecca Tong et le Paris Mozart Orchestra
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre

La fondatrice de l’orchestre laisse ensuite sa place à Rebecca Tong, cheffe indonésienne lauréate en septembre dernier du Premier prix du concours La Maestra, réservé, comme son nom l’indique, aux cheffes. Le Divertimento pour orchestre à cordes de Bartók rehausse encore, s’il en était besoin, le niveau artistique de la soirée. Les couleurs et les sonorités de l’ensemble sont somptueuses dans cet alliage de danses folkloriques et mélodies d’Europe de l’est. La musicalité est exquise, en particulier dans les attaques successives des chefs de pupitres des cordes quand ils se détachent en solo. Un doux et sombre mystère plane dans le deuxième mouvement « Molto adagio », qui peut évoquer l’atmosphère du Château de Barbe-Bleue du même compositeur. Le retour aux rythmes plus dansants de l’« Allegro assai », aux tonalités qui frottent raisonnablement – restant tout de même assez loin de la Seconde École de Vienne ! – achèvent de séduire l’oreille. Un grand bravo à l’orchestre et un bravissima ! à la cheffe pour la mise en place impeccable de tous ces départs décalés, dans une partition a priori très piégeuse techniquement.

Bilal Al Nemr, Renaud Capuçon et le Paris Mozart Orchestra à Aix-en-Provence
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre
Claire Gibault et le Paris Mozart Orchestra
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre
Rebecca Tong et le Paris Mozart Orchestra
© Festival de Pâques d’Aix en Provence 2021 – Caroline Doutre