Dans le cadre de son quarantième anniversaire, l’Orchestre national de Montpellier Occitanie a offert au public une expérience électroacoustique aux couleurs inédites. Au programme : une carte blanche à Julien Guillamat, compositeur en résidence à l’Opéra pendant trois saisons. Entre sons de la nature traités informatiquement et chants aux paroles engagées, retour sur une représentation marquante.

Les haut-parleurs sur la scène de l'Opéra Comédie © Vassili Abitbol
Les haut-parleurs sur la scène de l'Opéra Comédie
© Vassili Abitbol

L’expérience commence dès l’entrée dans l’Opéra Comédie. Imaginez prendre place dans une salle à la décoration baroque, guidé par des chants d’oiseaux et autres intonations de la pleine campagne. Au bout de quelques minutes, la lumière se tait et l’orchestre de haut-parleurs commence à révéler son enchantement. Dispersés dans la salle, les moniteurs enveloppent non seulement le public sur chaque coté, mais également en hauteur. Grâce à ce dispositif, la musique – art du temps – acquiert une nouvelle dimension : celle de la spatialisation.

Le spectacle se poursuit avec l’entrée en scène de l’Opéra Junior, munis de verre en cristal, interprétant Spring, the sweet spring et Stars du compositeur letton Ēriks Ešenvalds. Le chœur se montre passionné et inspiré, la gestion du souffle des jeunes chanteurs est idéale. Parmi les vocalises et onomatopées au caractère méditatif se glissent des sons de coucou et de bol tibétain. L’effet est captivant, lorsque l’on découvre que quelques membres du chœur sont installés aux balcons. L’ensemble est juste, expressif et particulièrement mature.

Relevant de la même verve dynamique, Surface Tension, création de Julien Guillamat, expose un panorama de techniques violoncellistiques informelles. Supersoliste de l’orchestre, Cyrille Tricoire caresse de la paume de sa main le bois de l’instrument à différentes vitesses. En résulte un son grinçant et strident, amplifié par des micros disposés sur la caisse du violoncelle. On apprécie notamment la richesse des sonorités énoncées, tantôt flottantes, itératives ou encore sifflées.

Cyrille Tricoire © Vassili Abitbol
Cyrille Tricoire
© Vassili Abitbol

Au bout de quelques minutes, une citation d’un prélude de Bach vient interrompre le monde de sonorités complexes dans lequel le compositeur nous avait emmené jusqu’à présent. Toutefois, l'allusion baroque est rapidement dégradée par l’intrusion de filtres engendrant des textures granuleuses. On assiste alors à un subtil mélange entre des techniques conventionnelles et un jeu plus expérimental, dans lequel l’instrumentiste se sent tout aussi à l’aise. 

Autre œuvre de Guillamat, Tubular Party utilise comme « son souche » (soit un son servant de base à la composition) un enregistrement de l’orgue de la cathédrale de Montpellier. Les notes répétées sur de longues plages temporelles donnent une impression hypnotique. Par le large panel de couleurs sonores dont les interprètes ont su faire preuve, ce choix de pièce s'avère tout à fait pertinent, et convainc l'ensemble du public.

Enfin, c’est par Torrey Canyon, commande de l’opéra, que se conclut notre expérience immersive. Le morceau, pour chœur et dispositif électroacoustique, raconte l’histoire d’un pétrolier géant qui s’est échoué en 1967 au large des côtes de Cornouailles, transportant avec lui 120 000 tonnes de pétrole. L’œuvre fait entendre un ensemble vocal mixte répondant à des extraits de documentaires sonores relatant la catastrophe écologique. Se met alors en place un contrepoint entre les deux entités : le chœur moralisateur dénonce et répète de manière obstinée les dires du journaliste. Malgré l’efficacité de la transmission du message, on pourrait reprocher l’esthétique minimaliste de l’œuvre un peu désuète, rappelant fortement les Three Tales de Steve Reich, créés en 2002. 

Par son étonnant mélange de styles, ce concert singulier aura su contenter petits et grands. Pari réussi pour Julien Guillamat et l'Opéra de Montpellier !


Le voyage de Manon a été pris en charge par l'Opéra Orchestre National Montpellier.

****1