Très attendue, après l’annulation de trois représentations à la suite d’un incident technique, la première de cette nouvelle mouture de Parsifal signée Richard Jones voit enfin le jour ce 13 mai, le temps d’une matinée peu commune. Forte d’une tenue et d’une distribution remarquables, portée par un souci conjugué du texte et du symbole, elle s’empare habilement de ses fulgurances et de ses ambiguïtés. Et propose une lecture du propos à la fois métaphysique et critique, fidèle et émancipée, loin du fantasme gênant de régénération et du lieu commun d’un Wagner racialiste. 

Günther Groissböck (Gurnemanz), Andreas Schager (Parsifal), Anja Kampe (Kundry) © Emilie Brouchon | Opéra national de Paris
Günther Groissböck (Gurnemanz), Andreas Schager (Parsifal), Anja Kampe (Kundry)
© Emilie Brouchon | Opéra national de Paris

Au diapason du propos du metteur en scène anglais, Philippe Jordan en donne les clefs dès l’ouverture, avec une maîtrise admirable, tirant la masse orchestrale vers une union des phrasés et une unicité des timbres, se jouant habilement d’un temps jamais suspendu. La lutte, terrassante, entre l’articulation consonante, déliée, des arpèges et accords, jamais alanguie, et l’inquiétude qui point sous le chromatisme, laisse deviner que c’est déjà un lyrisme sans malice qui se doit de l’emporter – et, avec lui, la trompette triomphante.

Ainsi, le premier et le second acte dialoguent comme les faces d’une même pièce faussement dialectique, celle d’une foi aveugle en une secte conjuguant dogme philosophique et dérèglement contrôlé des sens. La propagation de la parole divine se fait ainsi par des dictionnaires (« Wort ») distribués aux écuyers devenus membres d’une sorte d’école d’excellence, bustes monumentaux et salles de colloques à l’appui. Mais surtout par le sang de l’inquiétant Amfortas, à qui Peter Mattei prête la dureté de ses traits et de sa prononciation, et l’envoûtante profondeur de son timbre, quand la voix sombre et épaisse de Günther Groissböck remplit la salle de ses graves autoritaires. Etranger au milieu de cette foule aliénée, Andreas Schlager est un Parsifal aussi pataud et mal dégrossi que sa voix est robuste est décidée : elle vient déjà pallier le repli à l’œuvre.

Evgeny Nikitin (Klingsor) © Emilie Brouchon | Opéra national de Paris
Evgeny Nikitin (Klingsor)
© Emilie Brouchon | Opéra national de Paris

On glisse avec le Klingsor plus chatoyant d’Evgeny Nitikin vers un croisement entre eugénisme et fascisme de consommation pasolinien : le magicien y est ici généticien, aux manœuvres d’une manipulation des esprits – Kundry en tête - et surtout d’une recréation de femmes-clones conformes à un fantasme pornographique. Les filles-fleurs, devenues épis de maïs transgéniques, agitent leurs fesses, seins et pubis siliconés dans une chorégraphie terrifiante – et assez bien menée - pour détourner le chevalier de sa quête. La tentation n’est pas grande pour Parsifal qui préfère aux implants la rondeur du timbre séducteur d’Anja Kampe, Kundry amorçant alors sa transition du rutilant mezzo à de tempétueux aigus. Leur confrontation évacue la pesanteur des décors pour mieux s’accrocher à la présence scénique des deux chanteurs, moins sensuelle que concertante.

Le troisième acte nous confirmera la décrépitude du lieu de culte et de ses membres, en proie à une violence qu’ils ne savent plus contenir. Seule l’union physique, refusée, puis spirituelle avec Kundry apporte la rédemption au clan, dans une envolée musicale se concrétisant dans une accalmie scénique. Les lieux se désemplissent pour mieux laisser l’orchestre se défaire de la spiritualité-onanisme dépeinte par cet étrange vendredi saint. Les lumières ne s’éteignent pas encore lorsque retentissent les chaleureux bravos, amplement mérités.

*****