Le concert de l’Orchestre Philharmonique de Radio France du vendredi 3 octobre, qui devait être dirigé par Mikko Franck et rendre hommage au compositeur Luigi Nono, avait été annulé pour cause de grève des musiciens… La situation ayant été rétablie au sein de la maison ronde, la soirée du 10 octobre, qui était menacée, a finalement eu lieu Salle Pleyel ! Heureusement, car il s’agissait d’une soirée-événement : un concert consacré aux musiques de films de Roman Polanski, au cours duquel était organisée la remise du prix France Musique/Sacem de la Musique de Film 2014. Un bel hommage au cinéma, présenté sur scène par deux producteurs de France Musique très attachants, et diffusé en direct à l’antenne.

Thierry Jousse et Marc Marder (gagnant du Prix France Musique/Sacem 2014 de la Musique de film) © Lionel Pagès
Thierry Jousse et Marc Marder (gagnant du Prix France Musique/Sacem 2014 de la Musique de film)
© Lionel Pagès
                                                                                                                                  La configuration de l’espace scénique semble habituelle : on y trouve les pupitres et les chaises des musiciens, l’espace réservé au chef, et des micros pour la captation radio… Pourtant, à la différence des concerts hebdomadaires de l’Orchestre Philharmonique de Radio France à la Salle Pleyel, le public se trouve en face de deux voix de France Musique ; d’ordinaire dans la cabine radio qui se trouve sous la scène, ils sont eux aussi sur l’estrade ce soir, juste à côté des instrumentistes, précisément devant les contrebasses. En effet, cette soirée n’adopte pas la forme classique d’un concert de musique classique. Le public spectateur est invité à vivre au même titre que les auditeurs l’ambiance du « Vendredi du Philhar’ », nom de la plage d’émission consacrée de 20h à 22h30 tous les vendredis à la retransmission des performances de l’orchestre, le plus souvent en direct. C’est le jeune Clément Rochefort, également producteur des « Dépêches Notes » (un résumé quotidien de l’actualité musicale en France et à l’étranger), qui présente ces soirées musicales reconnues comme étant de grande qualité. Il est accompagné pour l’occasion de Thierry Jousse, producteur de « Cinema Song » et donc spécialiste de musiques de films.

Après quelques mots de bienvenue des producteurs pour ouvrir la soirée sur les ondes aussi bien qu’à Pleyel, le chef Darrell Ang vient prendre place devant l’orchestre. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il dirige « La Mort bleue », un extrait du film mythique Pierrot le fou, en hommage au compositeur Antoine Duhamel décédé le mois dernier. Cette musique mélancolique instaure un climat poétique, propice à l’imagination, malgré la direction un peu figée, trop verticale, du chef singapourien. La musique de Pirates, signée Philippe Sarde, lui inspire une dynamique plus convaincante, nécessaire pour illustrer l’esprit d’aventure qui caractérise le film.

C’est dans la séquence issue de The Ghost Writer, composée par Alexandre Desplat, que l’orchestre fait vraiment montre de son talent de coloriste : même pour l’auditeur qui n’a pas vu le long métrage, la partition prend vie en images, grâce aux évocations énigmatiques modelées avec minutie par l’ensemble, décomposé en groupes d’instruments complémentaires comme autant de caractéristiques contribuant à la création de l’atmosphère globale. Dans les deux mouvements extraits de la suite La Jeune Fille et la Mort de Woljciech Kilar, une volonté identique de narrer le drame est perceptible dans la tension qui anime les cordes, amplifiée par les commentaires incisifs des cuivres. L’Andante spianato et la Grande Polonaise de Chopin, proposées dans leur version avec orchestre – chose assez rare,  sont interprétées avec grâce par le pianiste Florent Boffard.

Darrell Ang © Lionel Pagès
Darrell Ang
© Lionel Pagès
Vient ensuite la remise du prix France Musique/Sacem de la Musique de Film 2014, avant l’entracte : c’est le compositeur Marc Marder qui l’emporte, pour la musique du film L’image manquante de Rithy Pahn. La deuxième partie débute par Chinatown Suite, une musique de Jerry Goldsmith à l’orchestration particulièrement savoureuse, très cinématographique ; soulignons que Thierry Jousse a justement choisi cette œuvre si particularisée pour le générique de « Cinema Song » ! L’enchaînement avec la création de Pawel Mykietyn, en hommage à Oskar Dawicki, est un peu rude : l’œuvre est difficile à comprendre sans notes du compositeur… La soirée prend fin avec une autre musique de Philippe Sarde, celle du film Tess, pleine d’un lyrisme sombre mais porteur qui suscite des applaudissements autrement plus chaleureux.

Cette soirée musiques de films n’était pas destinée au grand public, comme son titre aurait pu le faire croire : le cinéma de Roman Polanski va de pair avec des compositions pleines de nuances, d’effets, de demi-teintes, loin des mélodies sucrées qui sont privilégiées par d’autres genres de films. L’Orchestre Philharmonique de Radio France a su restituer ces atmosphères subtiles avec une grande finesse… Pas de doute, le public est ravi de l’entendre jouer à nouveau !

***11