Rassemblant des danseurs de 18 à 24 ans, la Compagnie Grenade dirigée par Josette Baïz danse Kamuyot, pièce d’Ohad Naharin créée pour la Batsheva en 2003. Ce spectacle à l’énergie flamboyante parvient même à faire danser le public de Chaillot.

La Compagnie Grenade répète <i>Kamuyot</i> © Cécile Martini
La Compagnie Grenade répète Kamuyot
© Cécile Martini

Dans un dispositif quadrifrontal composé de gradins, les danseurs s’immiscent au plus près du public, assis parmi eux, et parlent avec leurs voisins spectateurs quand soudain un grand coup de sifflet retenti. Les danseurs s’animent alors et laissent se déployer la gestuelle d’Ohad Naharin : complète, souple, rythmée, unique.

Vêtus de polos blancs et pantalons ou jupes aux motifs écossais sur collants colorés et troués, les treize danseurs de la Compagnie Grenade se sont approprié la chorégraphie de Naharin avec précision et passion. Leur tenue rappelle les uniformes – customisés ici avec plus de festivité – des lycéens japonais. Les moments de danse en groupe témoignent d’une unité formidable et les divers solos ou duos montrent la qualité d’interprète des artistes de cette compagnie. Leurs regards sont déterminés et les sourires communicatifs pendant qu’ils dansent en rythme sur des musiques de bandes originales de séries pop japonaises. La chorégraphie très inventive les amène à faire des figures de hip-hop et parfois à se lancer dans des grands jetés ou développés impressionnants... puis des passes de rock. Les danseurs s’adaptent et semblent savoir tout faire avec une aisance remarquable. La technique Gaga, fondée par Ohad Naharin et à laquelle ils ont été formés par le chorégraphe pendant plusieurs semaines, suppose beaucoup de déhanchés, de mouvements de tête et de bras rapides et inhabituels que les danseurs produisent à la perfection.

Élément cher à Naharin, l’aspect tribal et exutoire des danses de groupe est exprimé à plusieurs reprises quand, genoux pliés, les artistes resserrés au centre du plateau crient ensemble en rythme. La technique Gaga permet de créer un dynamisme fantastique : les mouvements mêmes amènent une chaleur dans le corps dont émane alors cette énergie exceptionnelle. Cette vitalité n'est pas réservée aux seules danses de groupe ; elle est remarquable également dans plusieurs solos, notamment celui d’un danseur dont la chorégraphie est créée uniquement par la frappe de sa main sur son corps (ses jambes, son ventre, sa tête, ses bras) qui est source de rythme. La musicalité du corps est un élément essentiel de Kamuyot.

La Compagnie Grenade répète <i>Kamuyot</i> © Cécile Martini
La Compagnie Grenade répète Kamuyot
© Cécile Martini

La proximité entre public et danseurs est vraiment formidable : nous semblons tous faire partie du spectacle car la lumière allumée dans toute la salle du début à la fin rend possible une communication visuelle et physique avec les artistes. À un instant du spectacle, chaque danseur invite ses voisins spectateurs à venir avec lui sur scène et, formant un petit cercle, propose des mouvements à imiter. La disposition scénique est très bien réalisée car c’est tout à fait naturellement que les spectateurs de tous âges suivent les artistes – ce qui est rarement le cas lorsque la disposition scénique est frontale.

Plus tard, les danseurs marcheront lentement le long des gradins puis prendront chacun la main d’une personne du public en la fixant longuement dans les yeux. L’œuvre de Naharin semble vouloir communiquer physiquement au public son énergie, sa force, et ce lien entre artistes et spectateurs est très réussi. L’alternance de rapidité du mouvement et d’instants lents suspendus est très intéressante et nous tient, nous public, alertes et attentifs à chaque instant.

Beaucoup de joie et d’expressivité émanent de ces cinquante minutes de spectacle. À la fin, les treize danseurs se rassemblent pour former une pyramide humaine puis reviennent sur le praticable pour saluer en rythme en dansant. Le public reviendra sur scène et achèvera le spectacle sans la compagnie, repartie, en dansant sur une musique entraînante.

*****