Nuestra política de privacidad se actualizó por última vez el lunes 24 junio 2019Consultar aquíEliminar
Bachtrack logo
Home
Programación
Críticas
Artículos
Video
Site
Inicio ópera
EventosCríticasArtículos

Un ballo in maschera

Mapa
Este programa ha pasado
Grand ThéâtreGeneva, 11, Suiza
Junio 04 19:30, junio 11 19:30, junio 13 19:30, junio 16 15:00, junio 19 19:30, junio 22 19:30
Intérpretes
Grand Théâtre de Genève
Pinchas SteinbergDirector
Alan WoodbridgeDirector
Giancarlo del MonacoDirector de escena
Richard PeduzziDiseño de escena
Ramón VargasTenorGustavo, King of Sweden
Franco VassalloBarítonoCount Anckarström
Irina ChurilovaSopranoAmelia
Judit KutasiMezzosopranoUlrica
Kerstin AvemoSopranoOscar
Günes GürleBajoCount Ribbing
Grand Théâtre Opera Chorus
Orchestre de la Suisse Romande

Giuseppe Verdi, un habitué de la scène genevoise, viendra conclure la saison lyrique 18-19, avec un ouvrage directement inspiré par l’assassinat de Gustave III, roi de Suède, au cours d’un bal masqué en 1792. Seule la ténacité de Verdi permit à l’œuvre de voir le jour après avoir été censurée et réécrite maintes fois. Un opéra qui oscille entre gaieté et désespoir, entre passion et drame. Les noirs desseins de l’âme se faufilent dans un écrin de gaîté brillante, d’où un récit rapide, plein de contrastes, jouant sur le sombre et le fantastique, le comique et le léger. Sur le parquet du bal tombent les masques dans un univers où se croisent les complots, l’érotisme et la mort. Œuvre de transition, Un ballo in maschera est un opéra hybride spectaculaire et intimiste, historique, et, quelque part, fantasmagorique – avec des souvenirs de Grand Opéra, mais aussi l’annonce d’un autre Verdi. Une sorcière dans la lignée d’Azucena, un page espiègle, messager malgré lui du fatum, Amelia déchirée entre sa passion amoureuse et son devoir conjugal et Renato, son époux, qui croit son honneur bafoué et tue son meilleur ami, vous entraînent dans un récit qui ouvre la porte des chefs-d’œuvre de maturité de Verdi.

Un ballo in maschera au Grand Théâtre de Genève © Carole Parodi / GTG
Leer nuestra crítica
Mobile version