A peine avons-nous trinqué pour célébrer la nouvelle année que nous nous sommes attelés au chantier des statistiques de l’année écoulée. Depuis sa création en 2008, Bachtrack est devenu le site le plus important pour le référencement des concerts de musique classique à travers le monde. L’an dernier, 32 000 concerts, opéras et ballets ont été répertoriés – presque 5 000 de plus que l’année précédente – ainsi nos statistiques reflètent au plus près la réalité de la scène internationale.

Consultez notre document infographique, avec toutes nos statistiques.

Depuis 2010, date à partir de laquelle nous avons commencé à publier nos statistiques, la première place au classement des compositeurs les plus joués est disputée entre Mozart et Beethoven. Cette année, la couronne revient à Beethoven, avec 3 341 concerts répertoriés, et dont la Cinquième Symphonie demeure l’œuvre la plus jouée à travers le monde. Une des raisons à ce succès tient notamment à l’augmentation de nos référencements pour les concerts en Asie. Comme nous le signalait Paavo Järvi en octobre dernier : “il n’y a aucun doute sur ce qui représente le cœur du répertoire classique pour les Japonais : tout ce qui est germanique”. La proportion de musique romantique est en effet bien plus importante en Asie que dans les autres régions du monde, avec 60% des concerts proposant des œuvres du 19e siècle (et inversement très peu de musique ancienne).

Avec l’augmentation du nombre de concerts référencés, nos annonces sont proportionnellement moins concentrées sur le Royaume-Uni et des compositeurs tels Haendel dégringolent au classement. Son Messie, en tête des œuvres les plus jouées jusqu’en 2015 où il arriva à la seconde place, est désormais en 9e position. Quant à sa place au classement général des compositeurs, Haendel est désormais en dehors du top 10 à la 13e position. A l’inverse les représentations du Concerto pour violon de Tchaïkovski ont connu une forte hausse, l’œuvre faisant son entrée au top 20 pour la première fois en se hissant à la troisième place.

Les compositeurs dont on célèbre un anniversaire connaissent chaque année un fort engouement, mais ponctuel. Sibelius se hissait à la 9e place en 2015, 150 ans après sa mort, mais retourne maintenant à son classement usuel (dernier quart du top 20). En revanche, 2016 a représenté une très bonne année pour Dutilleux, Reger, Ginastera et Sati.

Outre les compositeurs, nous suivons également de près l'activité des interprètes. Maintenant que nous référençons les événements du Mariinsky, l'infatigable Valery Gergiev se retrouve à la première place du classement des chefs d’orchestre avec 143 concerts. Daniil Trifonov est premier au classement des pianistes et le New York Philharmonic Orchestra est l’orchestre avec le plus d’événements référencés.

Concernant l'opéra, il n’y a eu que peu de changements, avec Mozart, Verdi et Puccini voyant leurs œuvres représentées plus de 1000 fois chacun. La Flûte enchantée est l’œuvre lyrique la plus représentée, dépassant les Noces de Figaro d’une représentation à peine. Notons que tout au long des cinq dernières années, la popularité de Norma est allée croissante - ceci témoignant à la fois d’un nombre de nouvelles productions plus important et du nombre de sopranes ayant intégré ce rôle à leur répertoire. Le compositeur Umberto Giordano connaît un regain d’intérêt notable… et non pas uniquement pour son opéra Andrea Chénier. Nous avons couvert deux productions de Fedora l’an passé, ainsi qu’une rareté à la Scala, La cena delle beffe. Avec un impressionnant total de 305 productions, le Hungarian State Opera est la maison la plus active.

Concernant la danse, la musique de Tchaïkovski continue de dominer le ballet. Casse-Noisette demeure l’œuvre la plus jouée avec 446 représentations référencées. Le Lac des cygnes arrive deuxième, et La Belle au bois dormant en cinquième position. Roméo et Juliette de Prokofiev se hisse à la 3e place, avec 140 représentations en cette année 2016 où l’on célébrait le 400e anniversaire de la mort de Shakespeare.

Après celles de Petipa, ce sont les œuvres de George Balanchine qui ont été les plus représentées. Il est intéressant de noter que le New York City Ballet – maison mère du chorégraphe – a été la compagnie la plus active avec plus de 174 événements au programme.

Notre base de données en danse, plus large que jamais, comptabilise 525 représentations d’œuvres de Balanchine, suggérant un regain d’intérêt tant de la part des directeurs artistiques que du public.

Une autre tendance notable est le succès du ballet contemporain qui, depuis quelques années, a connu une dynamique positive notamment sous l’impulsion de nouvelles commissions faisant revivre cet art que certains pensaient menacé. Parmi les maîtres contemporains, Alexei Ratmansky et Christopher Wheeldon sont en tête avec 153 et 150 représentations respectivement. A leur suite, Justin Peck, Edward Clug, JC Maillot et Benjamin Millepied prennent leurs marques aux côtés de figures établies du genre néo-classique.

L’année passée a vu un débat sur la présence (encore faible) des femmes chorégraphes sur la scène internationale. Seules trois chorégraphes se démarquent dans le top 30 : Twyla Tharp, Sol León et Crystal Pite.

A quelle heure préférez-vous assister à un spectacle ? Si vous êtes au Royaume-Uni, il est probable que les concerts aient lieu à 19h30, une heure plus tard sur le continent. En Asie en revanche, 28% des concerts répertoriés ont lieu entre 14h et 17h. Une personne au Suntory Hall de Tokyo nous a confirmé que ces concerts du week-end ayant lieu l’après-midi avaient par ailleurs un meilleur taux de remplissage (84% contre 80%). Est-ce que ce modèle pourrait s’exporter ? A Londres, il n’y a que très peu de concerts en matinée le dimanche (pour l’essentiel ceux du Philharmonia). Avec l’arrivée de Simon Rattle à la tête du LSO en septembre prochain, aurons-nous un choix plus large concernait l'horaire pour jouir d'un concert ?