Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Artiste: Nora Cismondi

Critiques récentesEn voir plus...

L’Orchestre de la Suisse Romande fête joyeusement l’arrivée de l’été

Les jeunes musiciens du projet « Orchestre en classe » © Laurence Lesne-Paillot
Kazuki Yamada conviait Genève à fêter l’esprit français au travers de symphonies de Bizet et Saint-Saëns. Bravo aux musiciens pour cette belle soirée ! 

Jonathan Nott fait revivre Mahler et Armin Jordan à Genève

Jonathan Nott © Thomas Mueller
L’Orchestre de la Suisse Romande, de retour de tournée en Amérique Latine, ravit le public genevois d une Troisième Symphonie de Mahler remarquable. Jonathan Nott aura convaincu le public que Mahler est de retour en terres genevoise par la grande porte.

Markus Werba illumine le Faust genevois

Genia Kühmeier (Gretchen), Markus Werba (Faust) et Ira Levin © GTG | Magali Dougados
Le Grand Théâtre propose les fastueuses « Szenen aus Goethes Faust ». Le Faust de Markus Werba domine un plateau de solistes de très belle tenue.

Kirill Karabits et Maximilian Hornung à l’ONF : une vague de fougue slave envahit la Maison de la Radio

Kirill Karabits © Denis Manokha
Concert de l’ONF en faveur du Sidaction sous la baguette de Kirill Karabits, remplaçant Semyon Bychkov. Un résultat à l’expressivité rare, aussi animé que savamment nuancé.

La pudeur à l’œuvre: l’élégance tragique de Stéphane Degout et Emmanuel Krivine

Emmanuel Krivine © Fabrice dell'Anese
On aurait pu craindre, le temps d’une Maurerische Trauermusik nous confirmant l’inadéquation de l’acoustique du TCE à l’effectif symphonique classique, que le choix de l’économie et de la joliesse, au détriment de l’émotion et de la profondeur, ne vienne blanchir la dureté d’un programme composé de véritables chefs-d’œuvre.

Ordre et beauté : la délicate invitation au voyage de l’ONF

Difficile de reprocher à cette entrée en matière une quelconque prévisibilité. Loin des passages obligés, du « grand » répertoire et des pages viennoises auxquelles s’attelle plus volontiers le Philharmonique en ce mouvementé début de saison, l’ONF se restreint avec ce concert d’ouverture à la musique française.