Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Artiste: Sarah Nemtanu

Critiques récentesEn voir plus...

Sommets de l'émotion et de la musique de chambre au TCE

Pierre Fouchenneret, Lucile Richardot, Adam Laloum © Thibault de Puyfontaine / Igor Studio / Harald Hoffmann Sony Music
Un dimanche matin au Théâtre des Champs-Élysées et un concert d'anthologie, porté par l'alto de Lise Berthaud, le piano d'Adam Laloum, la voix de Lucile Richardot, le violon de Pierre Fouchenneret...

Concert de Paris : l’ONF fait le show au Champ de Mars

Francois-Xavier Roth © Francois Sechet
L’Orchestre National de France clôt sa saison le soir du 14 juillet lors du Concert de Paris, au pied de la tour Eiffel, en compagnie de quelques-unes des stars lyriques les plus en vue du moment.

Orgie de Brahms aux Bouffes du Nord : premier round

Le Théâtre des Bouffes du Nord © Patrick Tourneboeuf
Compte-rendu du premier volet réussi d'un marathon 8 concerts regroupés sur 4 jours, 13 musiciens, et 25 œuvres en terres brahmsiennes. 

La leçon sur l'art de diriger les orchestres par Neeme Järvi

Neeme Järvi © Simon van Boxtel
Mettre ensemble, faire avancer la musique, modeler les phrases, les nuances, donner les départs sans jamais s'interposer ni entre le public et les musiciens ni entre eux et la musique : voilà la leçon de direction donnée par Neeme Jarvi.

La pudeur à l’œuvre: l’élégance tragique de Stéphane Degout et Emmanuel Krivine

Emmanuel Krivine © Fabrice dell'Anese
On aurait pu craindre, le temps d’une Maurerische Trauermusik nous confirmant l’inadéquation de l’acoustique du TCE à l’effectif symphonique classique, que le choix de l’économie et de la joliesse, au détriment de l’émotion et de la profondeur, ne vienne blanchir la dureté d’un programme composé de véritables chefs-d’œuvre.

« Peu de science, un peu de cœur » : l’autre XIXème de l’ONF

James Gaffigan © Mat Hennek
Eminent choix de programmation que d’adjoindre à l’attendu Stabat Mater de Rossini l’amène Symphonie n°3 de Schubert et, surtout, l’inédit Chant Funèbre de Stravinsky, retrouvé en 2014 à Saint Pétersbourg et ici en création.