Petit pays qui compte tout juste 2 millions d’habitants, la Lettonie n'en est pas moins riche d’une scène classique remarquable qui forme des musiciens que l’on retrouve dans les salles les plus prestigieuses à travers le monde. Pas besoin donc d’aller à New York ou Vienne pour entendre Elīna Garanča, ou de réserver un vol pour Munich afin de voir Mariss Jansons diriger l’Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise ; à l’occasion du cycle “Born in Latvia”, les solistes les plus réputés retournent au bercail pour célébrer le centenaire du pays.

Elīna Garanča © Paul Schirnhofer | DG
Elīna Garanča
© Paul Schirnhofer | DG

En juin, le Festival de Riga célèbrera les compositeurs lettons tout autant que les jeunes interprètes qui insufflent un air nouveau sur le répertoire européen. L’ensemble exclusivement féminin Art-i-Shock, composé de la pianiste Agnese Egliņa, de la percussionniste Elīna Endzele et de la violoncelliste Guna Šnē, ouvrira le festival avec des œuvres de Falla et le Boléro de Ravel arrangé pour cette étonnante formation, tandis que le jeune pianiste letton Vestard Shimkus proposera un programme associant les 9 Chorale preludes de Bach à ses propres 9 études pour piano comprises dans le cycle Dream Scenes. Le Chœur de la Radio lettonne s’associera à la Sinfonietta Rīga pour un concert méditatif portant le titre “Prayer of Mother Teresa”. Le programme de ce concert donné à la cathédrale comporte The Fruit of Silence and Prayer de Pēteris Vasks, tous deux basés sur des prières de Mère Thérésa, Drop in the Ocean de Ēriks Ešenvalds sur des prières de Mère Thérésa et de Saint François d’Assise, et enfin Song of Silouan d’Arvo Pärt. Le festival s’achève avec la remarquable Elīna Garanča dans les Rückert-Lieder de Mahler aux côtés de l’Orchestre Philharmonique de Vienne.

Kristine Opolais © Elena Nezenceva
Kristine Opolais
© Elena Nezenceva

Garanča, qui est née dans un famille de musiciens et qui a commencé ses études musicales à l’Académie lettonne de musique, attribue la forte présence des musiciens lettons sur la scène internationale à « la profonde tradition chorale » et au « caractère sérieux de l'enseignement musical, lequel comprend des visites obligatoires à l’opéra, au concert et au théâtre ». Elle retournera en Lettonie pour une soirée en compagnie de la soprano russe Olga Peretyatko et du ténor ukrainien Dmytro Popov à la Dzintaru Koncertzāle à Jūrmala.

La soprano Kristine Opolais a commencé sa carrière comme membre du Chœur de l’Opéra national de Lettonie et s’est fait remarquer sur la scène internationale grâce la production controversée de Rusalka dirigée par Martin Kušej à Munich en 2010, un événement qui, selon ses dires, a constitué un moment clé non seulement dans sa carrière mais également dans son développement comme chanteuse. « Je suis devenue bien plus forte et j'ai appris à chanter dans n’importe quelles conditions [...] j’ai vraiment grandi en tant qu’interprète ». A l’occasion du cycle « Born in Latvia », plusieurs solistes internationaux partageront la scène du Festival de Jūrmala avec des jeunes artistes. Ils seront accompagnés par Ainārs Rubiks, directeur musical du Komische Oper Berlin. En octobre, Opolais sera rejointe par le chef d’orchestre letton Andris Nelsons qui a également commencé sa carrière à l’Opéra national de Lettonie – comme trompettiste – avant d’étudier la direction d’orchestre. Il dirigera l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig lors d’un programme comprenant des airs de Tchaïkovski et la Première Symphonie de Mahler au Great Amber Concert Hall à Liepāja.

Mariss Jansons © Marco Borggreve
Mariss Jansons
© Marco Borggreve

En novembre dernier, Mariss Jansons a reçu la Royal Philharmonic Society Gold Medal, une des récompenses les plus importantes dans le monde de la musique classique. Il a passé la majeure partie de son enfance à l’Opéra de Riga, où ses parents travaillaient (sa mère étant soprano et son père, Arvīds Jansons, chef d’orchestre), ce qui l’a déterminé à consacrer sa vie à la musique. En tournée avec son Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise et le violoniste Frank Peter Zimmermann, le chef d’orchestre letton sera de retour à Riga en mai. Sir Antonio Pappano dirigera l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia dans la ville balnéaire de Jūrmala en août, tandis que l’organiste lettonne Iveta Apkalna interprétera la Sinfonia concertante de Joseph Jongen avec le Konzerthausorchester Berlin à Riga en septembre.

Autre moment fort de la saison musicale : le Concours international de chant Hans Gabor Belvedere – un concours prestigieux qui a permis de révéler Stuart Skelton, Angela Gheorghiu ou encore Rachel Willis-Sørensen – qui se tiendra en juin à Jūrmala et où l’on pourra également entendre la Sinfonietta Rīga. Notons aussi un concert à Cēsis lors du Pēteris Vasks Festival avec un programme dédié au compositeur letton. En 1997, Gidon Kremer a fondé la Kremerata Baltica, un orchestre de chambre rassemblant 23 jeunes musiciens lettons, lituaniens et estoniens. En juin ils présenteront deux programmes pour trios à cordes, programmes qui permettront d'entendre des œuvres de Schubert, Debussy et Bartók.

Cliquez ici pour les prochains concerts en Lettonie.

 

Cet article a été sponsorisé par Latvia Concerts.