Our privacy policy was last updated on vendredi 25 mai 2018View it hereDismiss
Bachtrack logo

Salle: Palais Garnier (Opéra de Paris)

juin 2018
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
28293031010203
04050607080910
11121314151617
18192021222324
25262728293001
02030405060708
Soirée
Matinée
Fichier de données
Adresse75009 Paris
Île-de-France
France
Google maps48° 52' 16.020" N 2° 19' 54.052" E
Spectacles à venirEn voir plus...

ParisIl primo omicidioNew production

Scarlatti: Caino, overo il primo omicidio
René Jacobs; Romeo Castellucci; Opéra de Paris; Kristina Hammarström; Olivia Vermeulen

ParisLa Fille mal gardée

Hérold: La Fille mal gardée
Sir Frederick Ashton; Ballet de l'Opéra de Paris; Philip Ellis; Osbert Lancaster; Orchestre de l'Opéra National de Paris

ParisDon Pasquale

Donizetti: Don Pasquale
Evelino Pidò; Damiano Michieletto; Opéra de Paris; Paolo Fantin; Agostino Cavalca; Michele Pertusi; Nadine Sierra

ParisRécital Piotr Beczala

Schumann, Karłowicz, Dvořák, Rachmaninov
Piotr Beczała; Sarah Tysman

ParisMartha Graham Dance Company

Barber, Copland, Humét, Unknown
Martha Graham; Virginie Mécène; Nicolas Paul; Martha Graham Dance Company

ParisGala d'ouverture de la saison de danse

Berlioz, Various
Ohad Naharin; Ballet de l'Opéra de Paris

ParisDecadance (Ohad Naharin)

Various: Decadance
Ohad Naharin; Ballet de l'Opéra de Paris; Avi Yona Bueno; Rafaket Levy

ParisBéréniceWorld Première

Jarrell: Bérénice
Philippe Jordan; Claus Guth; Opéra de Paris; Christian Schmidt; Linda Redlin; Bo Skovhus; Barbara Hannigan
Critiques récentesEn voir plus...

Paris: coup de projecteur sur la création contemporaine

The Male Dancer (Ivan Perez) © Agathe Poupeney | Opéra national de Paris
Avec le programme Thierrée / Shechter / Perez / Pite, l’Opéra de Paris rassemble quatre chorégraphes contemporains dans une soirée qui met un coup de projecteur sur la création contemporaine. Déjà plébiscité en 2016, le remarquable final de Crystal Pite est décidément le point d’orgue de cette soirée.

Dernière danse poignante pour une immense étoile

Marie-Agnès Gillot et Stéphane Bullion, Orphée et Eurydice © Yonathan Kellerman | Opéra national de Paris
L’immense étoile de l’Opéra de Paris Marie-Agnès Gillot a fait ses adieux à la scène de l’Opéra de Paris fin mars dans l’un des rôles les plus marquants de sa carrière : l’Eurydice du ballet-opéra Orphée et Eurydice de Pina Bausch, chef d’œuvre indépassable du XXè siècle.

Le diptyque Barbe-Bleue – La Voix Humaine séduit toujours Garnier

Barbara Hannigan (Elle) © Vincent Pontet | Opéra national de Paris
Reprise magistrale de la production signée Krzysztof Warlikowski, avec John Relyea, Ekaterina Gubanova et la majestueuse Barbara Hannigan.

Onéguine, un poème chorégraphique élégiaque

Mathieu Ganio (Onéguine), Ludmila Pagliero (Tatiana) © Julien Benhamou | Opéra national de Paris
Cet Onéguine dansé restitue avant tout deux univers russes révolus, l'un bucolique et l'autre impérial, composant ainsi un poème chorégraphique d'une infinie poésie.

The nô needs Kaija to win : Only The Sound Remains laisse Garnier sans voix

Davone Tines (Priest, Fisherman) et Philippe Jaroussky (Spirit, Angel) © Elisa Haberer | Opéra national de Paris
Cette adaptation par Ezra Pound de deux pièces de théâtre nô, devient dans les mains de Kaija Saariaho un véritable manifeste d’épure théâtrale et de poésie musicale.

Play, la création jouissive d'Ekman à l'Opéra

© Ann Ray | Opera national de Paris
Avec Play, Alexander Ekman métamorphose la scène du Palais Garnier en un vaste espace de jeu et signe à la fois une chorégraphie vivante et une scénographie audacieuse, qui transportent le spectateur dans une liesse réjouissante.

Un programme d'exception à Garnier

Eleonora Abbagnato et les danseurs du Ballet de l'Opéra de Paris dans Le Sacre du Printemps © Agathe Poupeney | Opéra national de Paris, 2017
La musique de Stravinsky aurait pu être la ligne directrice de cette soirée, qui débutait avec Agon et se terminait par le Sacre du Printemps (version Pina Bausch). Mais Grand Miroir, la nouvelle création de Saburo Teshigawara, suspend le fil musical de Stravinsky par une parenthèse plus méditative : le Violin Concerto composé et dirigé par Esa-Pekka Salonen.

Joyaux ouvre la saison parisienne

Emeraudes © Julien Benhamou | Opéra national de Paris
La compagnie ouvre la nouvelle saison en célébrant la chorégraphie cinquantenaire, expression du plus pur style balanchinien, dans une interprétation virtuose et pleine d’esprit.