Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Artiste: Christopher Lowrey

Critiques récentesEn voir plus...

Royal fitness pour le Giulio Cesare du Théâtre des Champs-Élysées

Christophe Rousset © Ignacio Barrios
Un formidable plateau était réuni sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées pour une version de concert de l'opéra de Haendel, sous la direction rythmiquement univoque de Christophe Rousset.

L’Amour, affaire de famille : La divisione del mondo à Strasbourg

La divisione del mondo à l'Opéra national du Rhin © Klara Beck
Christophe Rousset et Les Talens Lyriques exhument La divisione del mondo, opéra de Legrenzi donné pour la première fois en France 350 ans après sa création. Une découverte qui offre des moments exquis, portés par la mise en scène de Jetske Mijnssen.

Shakespeare servi à la sauce diable : Britten s’en pourlèche les babines…

Accourez au Grand Théâtre de Genève faire un rêve éveillé : de l’excellence du plateau de solistes, des couleurs de l’Orchestre de la Suisse Romande dirigé avec maestria par Steven Sloane, à la rêverie offerte par la mise en scène de Katharina Thalbach, ce Britten là vous déroutera peut-être, mais vous fera rêver sûrement !

Farnace by Vivaldi (more or less) at Pinchgut Opera

Christopher Lowrey (Farnace) © Brett Boardman
Vivaldi's Farnace is reconstructed by Pinchgut Opera in ways which might not do the composer full dramatic justice, but the production and high musical values provide an excellent night of operatic drama. 

“Endless pleasure” in Bicket's Semele at Carnegie Hall

Brenda Rae and Benjamin Hulett © Steve J. Sherman
A concert performance of Handel's not-quite-an-opera proves a hit on tour in New York. 

Von Blut, Mut und eigentlichen Helden: Arminio in Göttingen

Christopher Lowrey (Arminio) © Alciro Theodoro da Silva
Eine exquisite Händel-Oper mit bravourösem Christopher Lowrey, meisterhafter Sophie Junker und einem Festpiel Orchester unter Laurence Cummings in eingespielter Höchstform.