Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le lundi 24 juin 2019Voir iciIgnorer
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticles

Artiste: André Morsch

Spectacles à venirEn voir plus...

AmsterdamDon Giovanni

© Annelies van der Vegt
Mozart: Don Giovanni
Kenneth Montgomery; Jeroen Lopes Cardozo; André Morsch; Henk Neven; Katharine Dain; Paula Murrihy

CologneLegrenzi: La divisione del mondo

Legrenzi: La divisione del mondo
Christophe Rousset; Carlo Allemano; Stuart Jackson; André Morsch; Arnaud Richard

MontpellierPelléas et Mélisande

Debussy: Pelléas et Mélisande
Kirill Karabits; Benjamin Lazar; Opéra Orchestre National Montpellier; Adeline Caron; Alain Blanchot; Judith Chemla; Marc Mauillon
Critiques récentesEn voir plus...

L’Amour, affaire de famille : La divisione del mondo à Strasbourg

La divisione del mondo à l'Opéra national du Rhin © Klara Beck
Christophe Rousset et Les Talens Lyriques exhument La divisione del mondo, opéra de Legrenzi donné pour la première fois en France 350 ans après sa création. Une découverte qui offre des moments exquis, portés par la mise en scène de Jetske Mijnssen.

Ce que Bach ne doit pas à Dieu : les Arts florissants s’aventurent gaiement en terres profanes

William Christie © Denis Rouvre
Belle idée que de ne pas cantonner le Cantor à ses seules pages sacrées ! On sait William Christie soucieux de mettre en avant la sensualité et la vitalité de Bach, souvent réservées au seul baroque français.

Enescus komplexer Oedipe in Amsterdam

Johan Reuter (Oedipe) © Monika Rittershaus | DNO 2018
Àlex Ollé inszeniert ein alle Sinne überwaltigendes Fest für die Augen.

Apokalypse aus dem Orchestergraben: Toshio Hosokawas Erdbeben. Träume

Sachiko Hara (Philipp) © A.T. Schaefer
Seelenleben und brutale gesellschaftliche Realität mischen sich an der Oper Stuttgart zu einem bedrückenden Gesamtbild.

Don Pasquale wird in Stuttgart ernst genommen

Enzo Capuano (Don Pasquale) und Ana Durlovski (Norina) © Martin Sigmund
Jossi Wieler und Sergio Morabito zeigen die psychologische Tiefe Don Pasquales.