Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le lundi 24 juin 2019Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticles

Artiste: Francesco Demuro

Spectacles à venirEn voir plus...

BergamoL'ange de Nisida

Donizetti: L'ange de Nisida
Jean-Luc Tingaud; Francesco Micheli; Angelo Sala; Margherita Baldoni; Salome Jicia; Francesco Demuro

BudapestBellini: La sonnambula

Bellini: La sonnambula
Bellini: Sonnambula, La
Riccardo Frizza; Csaba Káel; Unknown; Zuzana Marková; Francesco Demuro; Kinga Kriszta

BerlinFalstaff

Verdi: Falstaff
Daniel Barenboim; Mario Martone; Staatsoper Berlin; Margherita Palli; Ursula Patzak; Lucio Gallo; Barbara Frittoli

BerlinMédée

Cherubini: Médée
Oksana Lyniv; Andrea Breth; Staatsoper Berlin; Martin Zehetgruber; Carla Teti; Sonya Yoncheva; Elsa Dreisig

ParisRoberto Devereux

Donizetti: Roberto Devereux
Roberto Abbado; Sir David McVicar; Théâtre des Champs-Elysées; Maria Agresta; Karine Deshayes; Pierre-Antoine Chaumien
Critiques récentesEn voir plus...

Prima la musica, dopo la regia : I Puritani selon Pelly à Bastille

Elsa Dreisig (Elvira) et Javier Camarena (Arturo Talbot) © Sébastien Mathé / Opéra national de Paris
I Puritani ouvrent la saison de l'Opéra Bastille. Si la mise en scène de Laurent Pelly déçoit, les chanteurs se distinguent, Elsa Dreisig et Javier Camarena en tête.

Dans la tête de Simon Boccanegra : les idées noires de Bieito

Ludovic Tézier (Simon Boccanegra) © Agathe Poupeney / Opéra national de Paris
Nouvelle production à l'Opéra Bastille, avec le Simon Boccanegra de Calixto Bieito. Une plongée dans les idées noires du personnage principal, magnifiquement interprété par Ludovic Tézier.

Sir Bryn Falstaff réjouit l’Opéra Bastille

Bryn Terfel (Sir John Falstaff) et Varduhi Abrahamyan (Mrs Quickly) © Sébastien Mathe | Opéra national de Paris
Cette reprise de Falstaff fait la part belle à l’esprit buffa et donne à Bryn Terfel une nouvelle occasion de briller dans un rôle qui lui sied à merveille.

La profondeur à la surface : le Rosenkavalier d’Herbert Wernicke n’en finit plus d’éblouir Bastille

Der Rosenkavalier, mise en scène d'Herbert Wernicke © Emilie Brouchon / Opéra national de Paris
Sous la baguette de Philippe Jordan, l’Orchestre ne fait pas un pli, accompagné de Chœurs et de chœurs d’enfants en très grande forme : on sait que ces pages, non contentes de sonner délicieusement à l’oreille des spectateurs, sont également un plaisir assez inégalé pour les musiciens.

Maria Stuarda de Donizetti

Une guerre politique à laquelle se superpose une rivalité amoureuse, Robert Dudley, comte de Leicester étant aimé des deux femmes.