Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le lundi 24 juin 2019Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticles

Artiste: Julien Behr

Spectacles à venirEn voir plus...

GenèveDie Entführung aus dem Serail

Mozart: Entführung aus dem Serail, Die (L'Enlèvement au sérail)
Fabio Biondi; Luk Perceval; Grand Théâtre de Genève; Philipp Bussmann; Ilse Vandenbussche; Maria Grazia Schiavo; Claire de Sévigné

ParisYvonne, Princesse de Bourgogne

Boesmans: Yvonne, Princess of Burgundy
Susanna Mälkki; Luc Bondy; Opéra national de Paris; Richard Peduzzi; Milena Canonero; Béatrice Uria-Monzon; Laurent Naouri

LyonShirine (création mondiale)

Escaich: Shirine
Martyn Brabbins; Richard Brunel; Opéra de Lyon; Bob Cousins; Wojciech Dziedzic; Julien Behr; Hélène Guilmette
Critiques récentesEn voir plus...

À La Côte-Saint-André, Offenbach squatte chez Berlioz

Hervé Niquet © Éric Manas
Au beau milieu du Festival Berlioz, une soirée consacrée à Offenbach a apporté une belle ambiance festive malgré des accrocs non négligeables.

Eyes Wide Shut à Bastille : le retour de La Flûte enchantée

La Flûte enchantée à l'Opéra Bastille, dans la mise en scène de Robert Carsen © Svetlana Loboff / Opéra national de Paris
Dans la mise en scène de Robert Carsen, le célèbre opéra de Mozart fait un retour remarqué à l'Opéra national de Paris, avec un grand Florian Sempey en Papageno.

Le sacrifice de Bérénice : longue rupture à l’Opéra Garnier

recadre
Avec Bérénice, donnée en création à l’Opéra Garnier, le compositeur Michael Jarrell revisite la tragédie épurée de Racine, avec les voix inspirées de Barbara Hannigan et Bo Skovhus.

Alceste fait son cinéma : la nouvelle mise en scène de La Fura dels Baus à l’Opéra de Lyon

© Jean-Louis Fernandez
Un prologue-projection, une superbe lumière et une baguette hyper-énergique de Stefano Montanari. Mais quelle direction a pris le sens ?

Entre gris clair et gris foncé : Don Giovanni par Stéphane Braunschweig

© Vincent Pontet
Il sera bien malaisé pour le spectateur de trouver dans ce morne tableau la ferveur conjuguée d’Eros et de Thanatos, ou encore, comme souhaité, le désespoir des années SIDA. Ni gaie, ni triste : la chair, ici, indiffère.