Bachtrack logo

Artiste: Orchestre de l'Opéra National de Paris

Spectacles à venirEn voir plus...

ParisOnéguine

Mathieu Ganio (Onéguine), Ludmila Pagliero (Tatiana) © Julien Benhamou | Opéra national de Paris
Tchaïkovski: Oneguine
John Cranko; Ballet de l'Opéra de Paris; James Tuggle; Jürgen Rose; Orchestre de l'Opéra National de Paris

ParisLa traviata

Marina Rebeka (Violetta Valéry) © Emilie Brouchon | Opéra national de Paris
Verdi: La traviata
Dan Ettinger; Benoît Jacquot; Opéra de Paris; Sylvain Chauvelot; Christian Gasc; Marina Rebeka; Charles Castronovo

ParisBenjamin Millepied/ Maurice Béjart

Ravel
Benjamin Millepied; Maurice Béjart; Ballet de l'Opéra de Paris; Maxime Pascal; Daniel Buren; Holly Hynes; Orchestre de l'Opéra National de Paris

ParisLe Château de Barbe-Bleue, Op. 11

Bartók, Poulenc
Ingo Metzmacher; Krzysztof Warlikowski; Opéra de Paris; Małgorzata Szczęśniak; Ekaterina Gubanova; John Relyea

ParisBenvenuto CelliniNew production

Berlioz: Benvenuto Cellini
Philippe Jordan; Terry Gilliam; Opéra de Paris; Katrina Lindsay; John Osborn; Pretty Yende
Critiques récentesEn voir plus...

Onéguine, un poème chorégraphique élégiaque

Mathieu Ganio (Onéguine), Ludmila Pagliero (Tatiana) © Julien Benhamou | Opéra national de Paris
Cet Onéguine dansé restitue avant tout deux univers russes révolus, l'un bucolique et l'autre impérial, composant ainsi un poème chorégraphique d'une infinie poésie.

Bastille : une Traviata sagement fastueuse, Marina Rebeka résolument lumineuse

Marina Rebeka (Violetta Valéry) © Emilie Brouchon | Opéra national de Paris
Une mise en scène portée par une fidélité au texte rafraîchissante, qui ne s’encombre heureusement jamais d’une inutile rigueur documentaire, et révèle la prometteuse Marina Rebeka.

Un Bal masqué sans fard à Bastille

Sondra Radvanovsky (Amelia) et Piero Pretti (Riccardo) © Emilie Brouchon | Opéra national de Paris
Fallait-il condamner la simplicité de l’intrigue à tant de simplisme esthétique ? Retour sur Un bal masqué où l’expressivité, les nuances et l’ambiguïté seront à rechercher chez les interprètes. 

Don Quichotte à Bastille

Mathias Heymann (Basile) et Ludmilla Pagliero (Kitri), Don Quichotte © Svetlana Loboff | Opéra national de Paris
La reprise de Don Quichotte à la Bastille, dans la version de Rudolf Noureev, affiche de prometteuses distributions, avec une première marquée par de très belles variations solos, peu d’accrochages et un corps de ballet globalement concentré.

Play, la création jouissive d'Ekman à l'Opéra

© Ann Ray | Opera national de Paris
Avec Play, Alexander Ekman métamorphose la scène du Palais Garnier en un vaste espace de jeu et signe à la fois une chorégraphie vivante et une scénographie audacieuse, qui transportent le spectateur dans une liesse réjouissante.