Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Oeuvre: Short Ride en a Fast Machine

Rechercher des événements de musique classique, opéra et ballet
Fichier de données
CompositeurAdams, John (n. 1947)
ÉpoqueContemporain
Type d'oeuvreOrchestrale
Événements à venirEn voir plus...

AmsterdamAfternoon Concert: Leo van Doeselaar and Wyneke Jordans

© Donald Bentvelsen
Dvořák, Ravel, Adams, Gershwin
Leo van Doeselaar; Wyneke Jordans

MadridSinfónico 21

Sinfónico 21
Adams, Copland, Dvořák
Orquesta Nacional de España; Alondra de la Parra
Critiques récentesEn voir plus...

Le rêve américain de Louis Langrée à la Seine musicale

Louis Langrée © Benoît Linero
Dernière étape de leur tournée européenne, le Cincinnati Symphony Orchestra et son directeur musical Louis Langrée se produisaient à la Seine musicale. La bannière étoilée ne flottait pas sur l’île Seguin, mais c’était tout comme : le programme mettait exclusivement à l’honneur les musiques du « Nouveau Monde ».

« Silence, en classe ! » – L’Auditorium sonne la rentrée en fanfare avec Adams, Cage, Rachmaninov et Stravinski

Nouvelle saison à l'Auditorium de Lyon : Cameron Carpenter dépoussière le grand orgue Cavaillé-Col.

John Adams fêté comme il se doit à Genève : en star !

Un bien beau concert en ouverture du Festival de la Bâtie : rien de moins que du John Adams par John Adams. En prime, son concerto, servi par une des interprètes qui connaissent le mieux ce répertoire, nous a permis de goûter aux délices des mélopées orientalistes de Scheherazade.2 ! Un must ! 

Prom 4: Karabits and the BSO journey beyond the moon in a fast machine

Kirill Karabits © Chris Christodoulou
Exhilarating Adams and insightful The Planets from the BSO and Karabits, with a Proms debut from Nemanja Radulović in Barber with great presence and warmth.

The American Dream still lives in Antwerp

David Zinman © Priska Ketterer
Špaček subtly illuminated the tough and serious first movement with shafts of light, convincingly sweetened his tone for the lyricism of the intermezzo-like Andante moderato, and gave a dazzling display in the exhilarating finale.