Notre Tour de France des festivals estivaux © Bachtrack | Google My Maps
Notre Tour de France des festivals estivaux
© Bachtrack | Google My Maps

En sentant les températures monter, les premiers rayons de soleil percer, on commence à songer aux vacances d’été. Pour aider les mélomanes à agencer leur calendrier et à prendre leurs billets, nous vous proposons un petit tour de France en douze festivals de référence… De quoi occuper les plus gourmands de juin à septembre, sans interruption !

1du 3 juin au 3 juillet : le Festival de Saint-Denis

C’est la rampe de lancement de l’été musical pour les Parisiens. Accessible en métro ou en tramway, le Festival de Saint-Denis attire chaque année les plus grands noms de la scène classique. L’édition 2019 ne fera pas exception. Dans l’impressionnante basilique de Saint-Denis, Antonio Pappano fera des débuts attendus avec l’Orchestre de l’Accademia di Santa Cecilia de Rome et John Eliot Gardiner donnera en clôture le Requiem de Verdi avec son Orchestre Révolutionnaire et Romantique. Les mélomanes avides de raretés se tourneront vers l’oratorio de Michael Tippett, A child of our time, que dirigera la déjà grande cheffe Mirga Gražinytė-Tyla… Saint-Denis est par ailleurs un des rares festivals à ne pas se restreindre à la musique classique : Rufus Wainwright et Gregory Porter seront également à l’affiche.

<i>Blank out</i> de Michel van der Aa, cet été à Aix-en-Provence © Priska Ketterer
Blank out de Michel van der Aa, cet été à Aix-en-Provence
© Priska Ketterer

2du 3 au 22 juillet : le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence

Tandis que les saisons lyriques s’achèvent les unes après les autres dans tous les opéras de France, Aix-en-Provence prend le relais ! Dans des cadres somptueux (le Théâtre de l’Archevêché et le Grand Théâtre de Provence), une programmation aux petits oignons présente des tubes comme vous ne les avez jamais vus – le Requiem de Mozart mis en scène par Romeo Castellucci, Tosca par Christophe Honoré – et ose ce que la plupart des maisons lyriques ne font pas : réserver la part du lion aux ouvrages modernes. Le tout avec les plus grands artistes actuels : cette année, la soprano Miah Persson viendra pour un opéra de chambre avec projection vidéo en 3D (Blank out) et le trio Esa-Pekka Salonen – Ivo van Hove – Karita Mattila sera en vedette d’un opéra de Kurt Weill.

3du 19 juin au 6 août : les Chorégies d’Orange

Pour ceux que la programmation aixoise laisserait de marbre, voici une facette plus conservatrice de l’art lyrique. Le plus ancien festival de France fête cette année ses 150 ans, dans son éternel Théâtre antique qui peut accueillir plus de 8000 spectateurs. Cette année encore, que des valeurs sûres : Don Giovanni répondra à Guillaume Tell. Mais les castings sont exceptionnels et il faut, une fois dans sa vie, avoir assisté à l’un de ces spectacles où la météo peut jouer les trouble-fêtes ; prévoyez un séjour large en cas de report de la représentation au lendemain, ce qui peut arriver. Une Tosca mémorable a fini noyée sous l’orage il y a vingt-cinq ans, avec de fantastiques coups de tonnerre au moment où Scarpia hurlait sa rage. Un détail mais non des moindres : munissez-vous d’un coussin, pour assurer vos arrières.

<i>Carmen</i> aux Chorégies d'Orange en 2015 © Philippe Gromelle / Chorégies d'Orange
Carmen aux Chorégies d'Orange en 2015
© Philippe Gromelle / Chorégies d'Orange

4du 19 juin au 11 juillet : les Flâneries musicales de Reims

Au pays du champagne, la musique classique n’a pas fini de pétiller. Les Flâneries musicales de Reims fêteront l’an prochain leur trentième anniversaire et elles ne prennent pas une ride. Il s’agit d’un des festivals les plus familiaux du paysage français, avec de nombreux concerts gratuits et autres manifestations tournées vers les plus jeunes. Les prix sont exceptionnellement doux pour la qualité des artistes (Arcadi Volodos, Edgar Moreau, Jakub Józef Orliński, les sœurs Labèque…). Promenades musicales et concert pique-nique de clôture promettent une décontraction bienvenue.

5du 12 au 20 juillet : le Festival de Saintes

Dans l’architecture magnifique de l’Abbaye aux dames, le Festival de Saintes cultive également une atmosphère familiale, en favorisant le rapport entre les artistes et les spectateurs : voici un des rares événements artistiques où toutes les répétitions sont ouvertes au public ! À tel point que des mélomanes peu scrupuleux s’y rendent sans prendre de billet… Directeur discret et efficace, Stephan Maciejewski ne s’en formalise pas et se concentre sur une programmation passionnante chaque année, avec des traditions – amoureux des cantates de Bach, accourez ! – et des innovations : cet été, il sera possible de se glisser dans la peau de Lionel Meunier, chef de l’ensemble Vox Luminis, grâce à un casque de réalité virtuelle…

Philippe Herreweghe, fidèle du Festival de Saintes, est à la baguette dans l'Abbaye aux Dames © DR / Festival de Saintes
Philippe Herreweghe, fidèle du Festival de Saintes, est à la baguette dans l'Abbaye aux Dames
© DR / Festival de Saintes

6du 10 au 26 juillet : le Festival Radio France Occitanie Montpellier

Radio France prend ses quartiers d’été à Montpellier. Véritable machine de guerre, le Festival Radio France Occitanie propose chaque année une pléiade d’artistes de haut vol : cet été, Nelson Freire, Nicolas Altstaedt, Vilde Frang, Bertrand Chamayou, Neeme Järvi, Tugan Sokhiev vont se succéder pendant plus de deux semaines. Avec une thématique qui promet bien des découvertes : les musiques du Nord. Jean Sibelius mais également Magnus Lindberg, Pēteris Vasks, Eduard Tubin seront les compositeurs mis à l’honneur. Les lyricomanes ne seront pas en reste et se jetteront sur le trop rare Fervaal de Vincent d’Indy le 24 juillet, avec le ténor Michael Spyres en vedette.

7du 20 juillet au 18 août : le Festival International de Piano de La Roque-d’Anthéron

Amateurs d’ivoire en noir et blanc, voici votre rendez-vous de l’été. Pour les intimes, la question n’est pas de savoir si on va à « La Roque » mais quand. Et quand vous y serez, il vous faudra encore bien choisir votre concert : Grigory Sokolov ou Michel Dalberto ? Jean-Philippe Collard ou Nelson Freire ? Claire-Marie Le Guay ou Jean-Marc Luisada ? Arcadi Volodos ou Sélim Mazari ? Impossible de goûter à tout dans cette orgie pianistique… Il faudra revenir l’année prochaine.

La célèbre conque acoustique de La Roque-d'Anthéron © Christophe Grémiot
La célèbre conque acoustique de La Roque-d'Anthéron
© Christophe Grémiot

8du 26 juillet au 4 août : le Festival Messiaen au Pays de la Meije

Le festival le plus mystique de l’été. Et le plus en harmonie avec la nature. Si vous aimez la montagne, les grands espaces, les chants d’oiseaux et – accessoirement – la musique, ne cherchez pas plus loin. Dans ce Pays de la Meije qui fut une vraie source d’inspiration musicale pour Olivier Messiaen, un festival est né, il y a plus de vingt ans, qui cultive depuis une programmation d’une rare intelligence autour de la figure du compositeur français. Cette année, le Catalogue d’oiseaux interprété par Roger Muraro, dans l’église de La Grave, sera un des temps forts de l’été musical, tous festivals confondus. Des randonnées sont régulièrement organisées entre les concerts… dont une en musique avec Samuel Bricault, le plus enthousiasmant baroudeur de la flûte.

9du 25 juillet au 13 août : le Festival Pablo Casals de Prades

Si vous préférez les Pyrénées aux Alpes, si vous aimez la musique avec l’accent catalan, prenez la route de Prades pour ce festival légendaire. Les lieux de concert sont somptueux (l’Abbaye romane de Saint-Michel de Cuxa, l’Église de Prades et son gigantesque retable baroque) et Michel Lethiec, directeur artistique et clarinettiste, réunit chaque année des monuments de la musique de chambre : André Cazalet, Patrick Gallois, Bruno Pasquier, Jan Talich, Boris Garlitsky, François Salque, Patrick Demenga… La liste est longue. Un festival apprécié des étudiants, qui s’y pressent chaque année pour prendre des leçons avec tous ces maîtres.

L'Orchestre de Bretagne ouvre le Festival de Dinard, devant le château de Port-Breton © DR / Festival international de musique classique de Dinard
L'Orchestre de Bretagne ouvre le Festival de Dinard, devant le château de Port-Breton
© DR / Festival international de musique classique de Dinard

10du 10 au 18 août : le Festival international de musique classique de Dinard

Migration estivale oblige, la plupart des grands festivals de musique classique se tiennent dans le Sud de la France. Et un peu plus à l’Ouest ? Plusieurs festivals rythment l’été breton. On aurait pu insister sur l’Été musical de la belle ville médiévale de Dinan (25 juillet au 3 août) ou sur les Semaines musicales de Quimper (10 au 17 août) mais leurs programmes ne sont pas encore connus à l'heure où nous écrivons ces lignes. Dans une des plus belles stations balnéaires de Bretagne, le Festival de Dinard a pris les devants et c’est alléchant : jeunes talents (Bruno Philippe, Eva Zavaro, Jean-Paul Gasparian) côtoient des valeurs sûres (Bertrand Chamayou, Kun Woo Paik… et la directrice artistique, Claire-Marie Le Guay). Le tout au bord de la mer, avec le chant des mouettes et le rythme des marées.

11du 22 août au 1er septembre : le Festival de La Chaise-Dieu

Concert à l'Abbatiale de La Chaise-Dieu © Virginie Giraud
Concert à l'Abbatiale de La Chaise-Dieu
© Virginie Giraud

À l’écart des grands axes routiers, le Festival de La Chaise-Dieu mérite le détour. Pour son imposante abbatiale qui domine la nature environnante. Pour la ville voisine du Puy-en-Velay, sa cathédrale formidable, sa chapelle dressée en haut d’un piton rocheux, sa gigantesque statue de la Vierge et son panorama. Pour sa programmation, réalisée soigneusement par Julien Caron : comme souvent, Jérémie Rhorer et son Cercle de l’Harmonie y feront escale pour une Neuvième de Beethoven, rien que cela ; ajoutez-y les Talens Lyriques de Christophe Rousset dans un programme baroque italien, Mathieu Romano, Aedes et Les Siècles dans Un requiem allemand, Damien Guillon et son Banquet céleste dans la Passion selon saint Jean… Le festival a beau avoir réduit la voilure par rapport à l’an passé, il n’en reste pas moins impressionnant de densité.

12du 17 août au 1er septembre : le Festival Berlioz à La Côte-Saint-André

S’il ne fallait en garder qu’un, ce serait probablement celui-là. Pour les 150 ans du décès d’Hector Berlioz, Bruno Messina, directeur du festival et chargé par le ministère de coordonner les manifestations de commémoration, a concocté une édition 2019 à la (dé)mesure du plus romantique des compositeurs français. La ville natale de Berlioz abritera un village troyen, proposera un bal contrebandier et le défilé d’un gigantesque Cheval de Troie, de six mètres de haut, avec tête articulée (pour passer sous les câbles électriques) et musiciens intégrés ! Quant au casting, il sort définitivement de l’ordinaire : outre les fidèles François-Xavier Roth et John Eliot Gardiner, La Côte-Saint-André accueillera la bagatelle de cinq orchestres nationaux, et Valery Gergiev viendra diriger le Théâtre du Mariinsky dans Roméo et Juliette. À ce rythme, Berlioz risque de bondir dans sa tombe. Quant à vous, après cette douzième étape… il ne vous restera plus qu’à prendre des vacances !

Le Festival Berlioz bat son plein, dans la cour du Château Louis XI © B. Moussier / Festival Berlioz
Le Festival Berlioz bat son plein, dans la cour du Château Louis XI
© B. Moussier / Festival Berlioz