Our privacy policy was last updated on vendredi 25 mai 2018View it hereDismiss
Bachtrack logo

Guide des Sommets Musicaux de Gstaad

Aux Sommets Musicaux de Gstaad, les jeunes prennent de la hauteur

A la fois cheville ouvrière et monarque éclairé, Renaud Capuçon nous dévoile les coulisses du festival dont il est le directeur artistique depuis trois ans.
Biographie
Church of Saanen
Church of Saanen

Du 26 janvier au 3 février 2018

Dès sa création en 2001, le Festival des Sommets Musicaux de Gstaad devient le rendez-vous hivernal de référence qui enthousiasme tous les passionnés de musique classique. Chaque année, neuf jours durant, jeunes talents, orchestres, artistes à la renommée internationale et mélomanes suisses et étrangers choisissent cet écrin enneigé pour faire vibrer les plus belles pages de la musique classique.

Le Festival s’articule autour de trois piliers : trois cycles de concerts répartis dans trois lieux d’exception. L’après-midi, la Chapelle de Gstaad fait la part belle à une jeunesse prometteuse avec une série de concerts mettant à l’honneur un instrument en particulier. Le soir, les églises de Rougemont et de Saanen enchantent le public avec de grands solistes et orchestres d’envergure au rayonnement international.

Véritable carrefour hivernal, les Sommets Musicaux de Gstaad favorisent, par des dîners donnés au Gstaad Palace à l’issue des concerts , la rencontre exceptionnelle entre les artistes, un public mélomane et les partenaires du Festival.

Depuis 2002, le festival, en association avec un partenaire, récompense par le Prix Thierry Scherz un des jeunes espoirs en lui offrant l’enregistrement de son premier CD avec le label Claves Records

Décerné pour la première fois en 2013, le Prix André Hoffmann récompense la meilleure interprétation d’une œuvre du compositeur en résidence.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site internet des Sommets Musicaux de Gstaad.

Critiques récentesEn voir plus...

Long on refinement, short on sparkle: Nelson Freire in Gstaad

Nelson Freire © Miguel Bueno
Freire convinces in Bach, but soft attack and heavy pedal use make for flat renditions of romantic works.

Lupu’s Mozart touches the sublime

Radu Lupu © Miguel Bueno
Radu Lupu produces Mozart so sublime as to delight the angels, Saraste and the Zurich Chamber Orchestra give us a lesson in poise, balance and blended sound.

Moreau and Kadouch play Rita Strohl in Gstaad

Edgar Moreau © Miguel Bueno
Edgar Moreau and David Kadouch make the case for ressurecting the work of Rita Strohl, thrilling in transformation of Racine's Bérénice into Cello Sonata form.

Full-bodied Brahms and Schubert from Arcadi Volodos

Arcadi Volodos © Miguel Bueno
Arcadi Volodos is a big man, and when he sits down to the piano, he produces a big sound. The extraordinary richness of timbre was obvious from the first notes of Brahms' 6 Klavierstücke, Op.118.

Russian Romantics from harpist Alexander Boldachev

Alexander Boldachev © Miguel Bueno
Alexander Boldachev gives a highly entertaining exploration of Russian music, by way of a battery of harp effects, several of his own devising.