Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Artiste: Karina Gauvin

Critiques récentesEn voir plus...

Royal fitness pour le Giulio Cesare du Théâtre des Champs-Élysées

Christophe Rousset © Ignacio Barrios
Un formidable plateau était réuni sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées pour une version de concert de l'opéra de Haendel, sous la direction rythmiquement univoque de Christophe Rousset.

Création à Clermont-Ferrand : Pécou persiste et signe

Karina Gauvin et l'Orchestre d'Auvergne, sous la direction de Roberto Forés Veses © Franck Boileau
Bonsoir belle bergèrepour soprano, orchestre à cordes et sons fixés, de Thierry Pécou en création mondiale à Clermont-Ferrand : le bel avenir inspiré du passé recomposé !

Les Violons du Roy : Mozart et Haydn au sommet

Bernard Labadie © Dario Acosta
Bernard Labadie réalise un sans-faute à la tête des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec dans deux bijoux du répertoire sacré de la fin du XVIIIe siècle. 

Vivaldi retourne sur les bords de Seine : la Senna Festeggiante à la Chapelle Corneille de Rouen

Karina Gauvin © Michael Slobodian
Sérénade oubliée, la Seine en fête de Vivaldi (La Senna Festeggiante, RV 694) a fait un retour en France cette semaine, plus précisément à Rouen. La Chapelle Corneille a redécouvert cette œuvre peu donnée grâce à l’ensemble B'Rock – Baroque Orchestra Gent et ses trois solistes vocaux.

Au commencement était la mère : Debussy et Ravel à Radio France

Richesse de nuances tout à fait saisie par un Mikko Franck attentif, expressif mais toujours précis, et une distribution vocale enjouée – la sidérante Sabine Devieilhe en tête -  joignant volontiers le geste théâtral à l’envolée vocale, mais ne tirant jamais la couverture à soi.

Partenope de Haendel : délectation baroque

Mercredi 13 janvier 2016, l'opéra de Haendel Partenope était proposé au TCE par Il Pomo d'Oro, dirigé avec une grande sensibilité par Maxim Emelyanychev. Parmi la distribution vocale de rêve, Karina Gauvin et Lawrence Zazzo. Résultat : un merveilleux moment de plaisir !