Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le vendredi 31 janvier 2020Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticlesVidéo

Artiste: William Kentridge

Critiques récentesEn voir plus...

Retour d'un Ulysse clinique à l'Opéra Royal de Versailles

Il ritorno d'Ulisse in patria, mis en scène par William Kentridge © ICKHEO
L'Opéra Royal de Versailles donne Il ritorno d'Ulisse in patria de Monteverdi, dans la production créée en 1998 par William Kentridge. Les marionnettes font toujours leur effet mais la vidéo laisse parfois dubitatif.

Lulu ou l’instabilité du désir : William Kentridge bouleverse l’Opéra de Rome

A. Eichenholz (Lulu), J. Larmore (Comtesse Geschwitz), Sir W. White (Schigolch), T. Piffka (Alwa) © Yasuko Kageyama
Si le Teatro all’Opera de Rome a souvent fait preuve de conformisme par le passé, l’audace des productions de la saison 2016/2017 lui redonne un nouveau souffle. Après une Maria Stuarda magnifique c’est au tour de Lulu, chef-d’œuvre d’Alban Berg qui n’avait pas été donné à Rome depuis 1968, d’occuper la scène du Teatro dell’Opera. 

Bleak and hopeless: William Kentridge's Wozzeck at the Met

Peter Mattei (Wozzeck) © Ken Howard | Met Opera
Despite theatrical drawbacks, this Wozzeck is heartily recommend due to Yannick Nézet-Séguin's staggering understanding of all facets of Berg's score.

Barbed wire fences and gas masks: Wozzeck in Sydney

Michael Honeyman (Wozzeck) © Keith Saunders
Kentridge’s use of video technology creates another, highly complex, visual score next to Berg’s sonic one.

Skilfully constructed: Wozzeck at the Salzburg Festival

Matthias Goerne (Wozzeck) © Salzburger Festspiele | Ruth Walz
A skilfully constructed production, and one that plays with the our perspectives. Whether the images are flashbacks from a war-troubled Wozzeck or a Büchner-esque portent of the horrors to come is left for the audience to decide.

Risk of sensory overload: ENO's Lulu

William Kentridge's Lulu for ENO is easier to admire than it is to love. But if you want to be challenged dramatically, this is the opera to do it.