Notre politique de confidentialité a été mise à jour pour la dernière fois le lundi 24 juin 2019Voir iciIgnorer
Se connecter
Bachtrack logo
Accueil
Agenda
Critiques
Articles
Vidéo
Site
AgendaCritiquesArticles

Oeuvre: L'isle joyeuse, Op.26

Rechercher des événements de musique classique, opéra et ballet
Fichier de données
CompositeurDebussy, Claude (1862-1918)
Époque20ème siècle
Type d'oeuvreInstrumental
Spectacles à venirEn voir plus...

AmsterdamPianist Anna Tsybuleva: Chopin, Rameau and Debussy

© Vera Greiner
Chopin, Rameau, Debussy
Anna Tsybuleva, Piano

BudapestStars & Favourites

© Gela Mergelidze
Brahms, Debussy, Bartók
Concerto Budapest; András Keller; Anna Vinnitskaya

OxfordAlain Lefèvre Piano Recital

© roch-martineau
Debussy, Ravel, Rachmaninov, Liszt, Lefèvre
Alain Lefèvre, Piano

RougemontRichard Goode

Bach, Mozart, Debussy
Richard Goode, Piano

LondresRichard Goode

Bach, Mozart, Debussy, Chopin
Richard Goode, Piano
Critiques récentesEn voir plus...

Nikolai Lugansky en debussyste au Théâtre des Champs-Élysées

Nikolai Lugansky © Jean-Baptiste Millot
Le pianiste Nikolai Lugansky a choisi Debussy, Scriabine et Rachmaninov pour son superbe récital au Théâtre des Champs-Élysées.

Scientifique et facétieux Jean-Nicolas Diatkine à Gaveau

Jean-Nicolas Diatkine © Jean-Nicolas Diatkine
Un pianiste d’une rare sincérité. Compte-rendu.

Hommage de Daniel Barenboïm à Claude Debussy

Daniel Barenboïm © Peter Adamik
Inaugurant l'année Debussy en terre toulousaine, Daniel Barenboïm proposait, pour sa première venue à Toulouse dans le cadre de la programmation des Grands Interprètes, un récital entièrement consacré au compositeur et à l'exploration de son œuvre pour piano solo.

L’hijo d'El Sistema à l’Auditorium de Rome

Rafael Payare © Luis Cobelo
Rafael Payare préside, avec un style à la fois sérieux et détendu, à l’introduction antéchronologique dans le langage hexagonal avec Claude Debussy, puis Camille Saint-Saëns et enfin Hector Berlioz.

Luis-Fernando Pérez joue Granados (ou Frédéric en Hispanie)

Luis Fernando Perez © Luis Fernando Perez
Il ne m’appartient pas de savoir exactement à quoi tient la supériorité des pianistes espagnols dans Granados, mais entre autres choses, ils en possèdent naturellement l’idiome… Attention cependant à ne pas en contaminer le reste du répertoire ! Ce soir, même Chopin avait goût d’huile d’olive, la moindre Nocturne se payant des airs d’Alborada.