Bachtrack logo

Artiste: Renaud Capuçon

Spectacles à venirEn voir plus...

ViennaRavel, Lalo & Brahms

Ravel, Lalo, Brahms
Wiener Symphoniker; Alain Altinoglu; Renaud Capuçon

StockholmBartók and French delicatessen

Bartók and French delicatessen
Jolas, Dusapin, Bartók
Royal Stockholm Philharmonic Orchestra; Alain Altinoglu; Renaud Capuçon

LondresDebussy and Beyond

Boulez, Bartók, Campbell, Stravinsky, Debussy
London Symphony Orchestra; François-Xavier Roth; Renaud Capuçon

Aix-en-ProvenceLondon Symphony Orchestra

Bartók, Stravinsky, Debussy
London Symphony Orchestra; François-Xavier Roth; Renaud Capuçon

ParisRavel, Concerto pour violon

Debussy, Ravel, Schönberg
Orchestre Philharmonique de Radio France; Lahav Shani; Renaud Capuçon
Critiques récentesEn voir plus...

Les sonates de Brahms, de l'ataraxie au déluge romantique, par Nicholas Angelich et Renaud Capuçon

Renaud Capuçon © Mat Hennek
Œuvres de la maturité, les sonates représentent un sommet de l’écriture piano-violon, tant au niveau de l’équilibre entre les deux instruments que de la richesse motivique fruit d’une inspiration féconde. 

Maîtrise et orchestre tout feu, Renaud Capuçon sans flamme

Renaud Capuçon © Simon Fowler
Le programme du concert de rentrée du Philar' semblait réglé comme du papier à musique. Dommage que la routine triomphe dans le Concerto, où Renaud Capuçon s’égare dans une gestuelle qui perd le public et oublie le compositeur.

Renaud Capuçon et l’OSR dans un Beethoven élyséen.

Renaud Capuçon © Mat Hennek
L’orchestre de la Suisse Romande en très grande formation aura offert une vaste gamme de couleurs, dans un musique penchant plus dans la jubilation du grand son que dans la recherche de nuances. Un beau moment tout de même.

James Gaffigan, Renaud Capuçon et l'ONF : lourdeur et statisme

James Gaffigan © Mat Hennek
Fauré trop lourd, Busoni assez brouillon, et Brahms trop statique, par les musiciens de l'ONF dirigés par James Gaffigan, avec Renaud Capuçon au violon.

Soirée Pintscher au Victoria Hall

Matthias Pintscher © Andrea Medici
Belle soirée offerte par l’Orchestre de la Suisse Romande qui offrit un éclectique programme entre l’impressionniste Fauré, l’intellectuel Pintscher et le romantique Dvořák. Les trois se fécondant assez peu finalement, reste la qualité de l’interprétation de l’orchestre visiblement porté par l’énergie insufflée par le chef-compositeur.